LES OBSERVATIONS FINALES DU COMITE DES NATIONS UNIES POUR L’ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION A L’EGARD DES FEMMES  (COMITE) Y RELATIVES

L’accès des femmes aux  sphères de prise de décision passe par la nomination et les élections. Au Cameroun,  nous sommes en année électorale. Après les Sénatoriales, les Municipales et Législatives sont attendues.

La situation des femmes dans les instances délibératives est la suivante : 20% des Sénateurs sont des femmes ; 13% des Députés ; 6,5% des Maires ; 15,5% des Conseillers Municipaux.

On se rappelle que le Cameroun  a ratifié la Convention pour l’Elimination de toutes les formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDEF) en Août 1994 et son Protocol additionnel en Janvier 2005.

Après la présentation par l’Etat du Cameroun de ses 2ème et 3ème rapports périodiques combinés lors de la 43ème Session du Comité le 28 Janvier 2009  au Palais des Nations à Genève,  les observations suivantes relatives à l’Article 7 de la CEDEF ont été formulées  par le Comité CEDEF à  son endroit.  

 « Le Comité accueille avec satisfaction l’augmentation du nombre de femmes à des postes de décision et félicite l’Etat partie pour ses efforts visant à faire participer les femmes à l’organisation d’élections. Toutefois, il est préoccupé par la sous- représentation des femmes à ces postes. Il est également préoccupé par l’absence de femmes au niveau international et regrette la persistance de nombreux préjudices qui empêchent la promotion des femmes, soi- disant parce qu’elles ne sont pas disponibles. »

  « Le Comité prie l’Etat partie d’entreprendre des campagnes nationales de sensibilisation à l’importance de la participation des femmes à la vie publique et à la vie politique, notamment dans les zones rurales. Il demande à l’Etat partie d’intensifier ses efforts afin que davantage de femmes soient présentées à des postes de décision et dans la vie publique du pays. Il recommande également à l’Etat patrie d’encourager la parité dans les parties politiques et développer ses efforts visant à accroitre la participation des femmes à la vie politique et à la vie publique, y compris au niveau international. Le Comité encourage l’Etat partie à examiner le recours à des mesures temporaires spéciales, comme prévu au paragraphe 1 de l’article 4 de la Convention, ainsi que dans sa recommandation générale no 25, tendant à ce que les mesures prises pour accroitre la représentation des femmes dans la vie politique s’accompagnent d’objectifs et de calendriers ou prévoient des quotas plus importants.» (Voir CEDAW/C/CMR/CO/3 document page 7)

Réponse du Cameroun ( voir CEDAW/C/CMR/4-5  document pages 27 et 28 )

Quelles sont les mesures spéciales  prises: -1) pour une implication accrue des femmes aux prochaines échéances électorales comme électrices et candidates ? 2) pour encourager les partis politiques à permettre aux femmes candidates d’avoir des positions éligibles sur les listes des candidats investis ? 3 )afin que les femmes candidates aux élections municipales et législatives bénéficient d’un renforcement des capacités et d’un accompagnement appropriés ?

En Février 2014, lors des travaux de la 57ème Session du Comité de la CEDEF à Genève, Le Cameroun présentera surement au cours du dialogue constructif avec les Membres dudit Comité, des mesures prises afin d’accroitre le taux des femmes dans les instances délibératives./.

 

Cameroon Women in Leadership and Development

(CAWOLED)